Ma vie de Filmeur

Ecrire, réaliser, être produit, être libre

Pierre Lou, déter !

LE PARCOURS DE PIERRE LOU QUI PROFITE DE L’OPPORTUNITE DES FILMEURS POUR SE RAPPROCHER DE SES RÊVES

logo oeil Concorde

Pierre Lou,  j’ai 20 ans, je suis actuellement en année de césure, passionné de cinéma je suis en train d’ en faire mon métier et je dédie tout mon temps à l’écriture et au fait de participer à des projets comme les Filmeurs.

CC : Comment as-tu entendu parler du projet des Filmeurs ?

Via les réseaux. J’ai vu un appel à projet passé. Je savais que le cinéma Concorde était très présent dans le cinéma nantais et je voulais me rapprocher de cette sphère. Donc j’ai répondu et me voilà ! 

 CC : Que fais-tu en ce moment dans ta vie ?

J’ai quitté la fac qui ne me convenait pas et j’essaye de travailler dans la vidéo ou la création. J’écris un scénario qui devrait se tourner cet été. Je fais aussi des décors de film et de théâtre. En bref, je suis mon propre patron, c’est moi qui me met les coups de cravache… C’est pour cela que j’étais en retard ce matin (rires). 

 

CC : L’appel à projet mentionnait “un stage de cinéma”. Qu’as tu pensé quand tu as compris que tu rejoignais un projet plus vaste et plus long ?

Personnellement j’étais dubitatif ! C’est complexe car même si on est assez séduit par l’idée d’un grand projet : réaliser une web série documentaire, on sait aussi qu’on a un agenda bien chargé et qu’on participe déjà souvent à d’autres projets. Donc j’avais surtout des questions. A quel niveau du projet arrive-t-on ? Est ce que c’est déjà écrit, y aura t-il une partie cours et une partie tournage ?

 

CC : Et alors ?

Finalement comme on est beaucoup, on peut rejoindre le projet selon ses préférences : soit en mode écriture, soit en mode tournage où les deux, en tout cas au rythme où l’on veut. 2 jours par ci, 1 jour par là. Donc pour l’instant, ça va !

 

CC : C’était comment de suivre l’équipe de tournage du film Années 20 pour le tournage de leur série Episode Nantes et l’avant-première du long métrage au Concorde ?

J’avais déjà participé à des tournages pro. Pour moi, la première inquiétude était de ne pas entrer dans le champ de leur plan séquence ! D’autant que j’étais caméra principal sur la guimbal (matériel de stabilisation) et que je n’avais eu qu’une journée pour me familiariser ! Mais ça a bien fonctionné ! L’accueil de l’équipe de tournage était super chaleureuse. ils nous ont mis en confiance et le soir sur la terrasse du Concorde on a pu discuter avec eux et le distributeur.

 

CC : Ton rapport au cinéma indépendant et le cinéma Le Concorde en particulier ?

Je viens plutôt de l’autre culture du cinéma, celle des multiplexes et des péplums, des grandes saga. Je n’avais pas de connaissance de la culture du cinéma indépendant. je pense qu’il y a du bon et du mauvais dans les deux. Ce qui est sûr c’est qu’humainement c’est beaucoup plus intéressant d’arriver dans un lieu comme le Concorde plutôt que dans un Pathé par exemple. Au niveau de l’ambiance, du lien de ce qui est diffusé, la programmation est  beaucoup plus engagée et ça apporte une saveur différente au film que l’on vient voir.

 

CC : Comment vois-tu ta vie pro ?

Mon rêve c’est d’être libre dans mes projets artistiques. D’obtenir la confiance d’investisseurs et de pouvoir faire mon premier film. Et puis d’enchainer avec un projet musique puis un livre. Voyager et vivre de mes projets artistiques !

 

CC : La rentrée ?

… Je vais finalement tenter de rejoindre une école de cinéma l’an prochain.

Les Filmeurs en Blog

Les tous derniers articles sur les Filmeurs au Concorde.

Rejoins les Filmeurs !

Beaucoup de motivation + des rêves = lâche ton ptit mail ! On te répond !